Actualités par Costa Rica Immobilier / 2006 - 2014 / "LA CRISE" ... faut gérer !!!

Le but avoué de cette page est de vous présenter ce qui va bien ici, au Costa Rica et ce qui va moins bien chez vous, en France, en Belgique, en Suisse, au Québec …Dans le but premier de contribuer à la « réinformation » qu’offrent parfois les médias alternatifs du Net. Car les medias dits « traditionnels » on cessé depuis belle lurette de vous informer.
A propos de crise, nous pensons que le déclin qui a commencé en réalité en 2007 n’est pas une crise justement mais plutôt une récession. Et une récession ça dure, ça dure … depuis 25 ans au japon par exemple. Et rien ne dit que cette recession aura une fin à moins peut-être de passer par une nécessaire et vitale mutation. Là est sans doute la clé de la nouvelle ère ...
Mais dans le moment présent, il ne s’agit pas de se lamenter mais plutôt de réagir intelligemment face à ce phénomène. Nous déplorons fortement l’inertie des politiciens, de droite comme de gauche, qui, forts des bienfaits des 30 glorieuses (1945 - 1974) n’ont pas pris la mesure des 35 - 40 dernières années. Car ils n’ont su que créer de la dette au lieu de développement. Nous disons développement et pas « croissance » (au sens keynésien du terme) car la croissance à tout va, chère aux politiciens de tout poil, n’est qu’un mythe destructeur puisqu’on vit sur une planète finie et qu’on n’en a pas de rechange. A moins bien entendu qu'on choisisse la croissance durable.
Alors plutôt que de croire en leurs vaines promesses, demain on rase gratis, nous préférons anticiper et prendre en main notre vie et notre avenir. Celui de nos enfants aussi. De l’information orientée peut-être mais de la vraie information.

  • 1945 - 1974 : les 30 glorieuses : période de forte croissance économique.
  • 1975 - 2004 : les 30 menteuses : croissance artificiellement entretenue grâce à la dette.
  • 2005 - 2034 : les 30 piteuses ? On en reparle dans quelques années …

D’ici là, on réagit et on anticipe … Coluche disait : "Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça". Oui, pour moi aussi, depuis toujours, "c'est comme ça" ! J'ai juste envie de me donner la chance qu'il en soit autrement ...


L'Actualité du jour

LaVie
n'a de sens
que d'être
vécue ...

N° 59 - Publication de mon patrimoine au Costa Rica ... ... par précaution je m'y colle !
Publié le : 18/04/2013 - Source :

François Hollande gréffé par Jerôme CahuzacPuisque d’évidence la mode est à la publication de patrimoine, et bien que je n’y sois pas obligé, j’ai décidé de publier le mien. Voir ci-dessous. On ne sait jamais, si d’aventure on me rappelait en France pour exercer la noble profession de ministre socialiste, et bien au moins je serais fin prêt.
D’un autre côté je ne crois pas que cela arrive un jour mais après tout, vu les comiques troupiers que nous avons, que vous avez pardon, en ce moment au gouvernement, tout reste possible.

Pas trop grand-chose à dire face à ce grand déballage de printemps à part que certains frisent carrément la misère (Najat Vallaud-Belkacem et Delphine Batho par exemple), que d’autres dépassent le ridicule généralement admis (Ayraud et son combi, Najat, toujours elle, avec son vieux scooter). Par ailleurs, les ministres roulent apparemment tous dans des poubelles dont on se demande comment elles arrivent à encore passer le contrôle technique. A ce propos, je propose qu’on vote une loi pour renforcer le contrôle technique sur les véhicules des ministres !

Une évidence ressort nettement, les ministres sont très éloignés de la vie de l’entreprise ! Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas très impliqués dans l’économie de la France. Trop risqué sans doute. L'entreprise c'est sale ...

Mention spéciale pour Christiane Taubira et ses 3 vélos, 2 vélos de trop donc, c’est inadmissible ! Et puis ça va pas être trop pratique un vélo quand il va falloir rentrer d’urgence en Guyane, Christiane, penses-y. Remarque, quand on 173 euros de découvert sur son compte en banque, à priori on peut voyager léger, pas besoin de sacoches ! Michel Sapin et Marylise Lebranchu sont plus prévoyants, eux, ils ont des bateaux ! Bon, vu le prix annoncé, on va dire des kayacs mais quand même, ça peut servir un kayac quand on habite outre-mer.
Également pour Pierre Moscovici qui, en tant qu’éléphant du PS, fait presque pitié avec un tout-tout-petit-tout-riquiqui 268.124 € de patrimoine. Pour un ministre des Finances, ça la fout vraiment mal. Très dépensier le Pierre manifestement ou bien alors « y’a un truc » comme disait Gérard Majax. Tient, à propos, on ne le voit plus trop celui-là. Aurait-il été engagé comme conseiller gouvernemental pour faire disparaître de la monnaie ?

Quelques tout-petits millionnaires quand même dans cette liste de clochards. Encore que la plupart ont hérité de leurs parents. Sinon, les pauvres friseraient manifestement, dans la vie civile, le RSA. C’est même sans doute pour eux qu’il a été créé, le RSA.

François Hollande fait la manche en face de Pôle EmploiCe qui me console quand même un peu c’est que beaucoup de la « richesse » annoncée des ministres provient de l’immobilier. En effet tout cela, pour ceux qui n’ont pas triché est surcoté de 40 % et devra bientôt être révisé à la baisse.

Quoi qu’il en soit, ce misérable déballage est bien consternant et n’augure rien de bon … Et tout cette indécence médiatique parce qu’un des leurs, l’inénarrable Jérôme Cahuzac a été pris la main dans le pot de confiture. Dommage car c’était à priori le moins incapable de tous. Mais il faut bien reconnaître qu’il a été excellent - une vraie performance qu'on aimerait voir plus souvent - dans son acte de contrition télévisuelle le Jérôme. Quelques mois dans le pré pour se refaire une santé morale et il nous reviendra, tout frais, tout pétillant, vous verrez ! Bien soulagé de surcroît de n’avoir pas à greffer des cheveux sur les cranes d’œufs de Fabius et Moscovici pour gagner sa vie, le malheureux ! Tapez « greffe de cheveux » sous Google Images et vous allez vite comprendre pourquoi il vaut mieux être ministre délégué au Budget que greffeur de vils poils.

Comme toujours, avec le PS on n’est jamais déçu. On imagine LE PIRE et ... l’objectif est pulvérisé ! Et bien sûr, noblesse oblige, on nage toujours dans la démagogie la plus dégoulinante. Assurément, il manque un mot dans la langue française pour exprimer à quel point ces « zélus de gôche » prennent leurs sponsors (vous !) pour des demeurés. En si peu de temps, 2 bombes, le « Patrimoine_des_ministres » et le « Mariage_dezhomos », ça c’est du LOURD de chez LOURD ! Tu te surpasses, « TOI Président », attention le surmenage te guette, on en a vu se burner OUT pour moins que ça ...

Vivement la suite qu’on rigole encore …

Commentaire CRI :

Mon PATRIMOINE au Costa Rica

ACTIF :

Ma villa de luxe au Costa Rica Land Cruiser au Costa Rica
Ma villa de luxe au Costa Rica. Des travaux d'amélioration sont prévus en 2018 sous condition d'obtention d'un prêt à taux zéro. Mon vieux Toyota Land Cuiser de 1985 en mauvaise posture. L'ami qui me porte secours s'est aussi malencontreusement enlisé. La pluie est arrivée et les 2 véhicules n'ont toujours pas été retrouvés. Pura Vida !
2 hamacs et piscine au Costa Rica Un coq et 2 poules au Costa Rica
Mes 2 hamacs d'occasion. A noter que la piscine ne m'appartient pas et qu'elle est soudainement apparue sur la photo à l'insu de mon plein gré.
Autre version : par un effet d'optique malencontreux, la piscine de mon voisin semble être comme posée sur mon terrain.
Une partie de mon cheptel de 12 volatiles de type gallinacé. Je tiens à préciser que cette race de poules ne pond pas d'oeufs en or.

PASSIF :

  • Une femme. De sexe féminin, je précise pour que chacun s'y retrouve bien.
  • Quelques enfants légaux dont une fille, également de sexe féminin.
  • 4 jeunes chiens voraces et 1 vieux chat malade, vorace malgré tout.

BILAN :

QUE DU BONHEUR !!!

 



N° 58 - Immigration au Costa Rica - Nouvelle règle applicable au 23 avril 2013. La loi se durcirait-elle peu à peu ?
Publié le : 03/04/2013 - Source : Direction Générale de l'Immigration du Costa Rica

Immigration Costa Rica à partir du 23 avril 2013@ gauche, le petit document, de la taille d'un marque-page, que chaque personne entrant ou quittant le Costa Rica est depuis peu invitée à lire. Je traduis :

++++++++++

Savez-vous ...?

qu'à partir du 23 avril 2013, il sera appliqué une amende de 100 $ pour chaque mois supplémentaire que vous avez irrégulièrement passé au Costa Rica ?

Évitez les inconvénients

++++++++++

Rappel : les ressortissants européens, ceux du Canada, des États-Unis et d'un certain nombre d'autres pays reçoivent, sans formalités préalables ni le moindre coût un « VISA » - d'une durée généralement de 90 jours - à l'entrée dans le pays. Voyez à ce sujet la FAQ #2, elle est très explicite.
Si d'aventure vous dépassez les limites de votre visa, vous vous mettez par conséquent en situation irrégulière. Dans le cas d'un contrôle inopiné des fonctionnaires de la Direction de l'Immigration, vous vous exposez, dans le pire des cas, à une expulsion du pays. Cas extrêmement rare il est vrai.

Depuis des années, il était question de taxer les contrevenants à leur sortie du pays. Une directive à cet effet a même déjà existé. Mais dans les faits, cette mesure n'a que peu ou pas du tout été mise en pratique. Il semble que cela va prochainement changer.

Remarques :

- Quid d'une personne qui a dépassé son visa de 6 mois et qui se présente à la frontière ? Si elle n'a pas 600 $ en sa possession, cas général des ressortissants du Nicaragua par exemple. Sera-t-elle empêchée de sortir du pays ? Cela paraît irréaliste car cette mesure irait à l'encontre du but recherché.

- Cette directive, cette fois-ci, sera-t-elle réellement appliquée ? Dans tous les cas ? Quelles seront les tolérances, les exceptions ... ? Réponse dans les tous prochains mois ...

Commentaire CRI :

Ecusson police du Costa RicaEn premier lieu, je serais tenté de dire « bonne nouvelle ! ». Aurions-nous perdu la tête ? Est-il réjouissant de devoir payer 100 $ pour chaque mois de visa dépassé ? Assurément non ! Mais d’un autre côté, payer l’amende c’est en quelque sorte comme s’acheter une « indulgence ». Non pas devant l’Église catholique romaine comme autrefois, en rémission totale ou partielle de nos « pêchés ». Mais vis à vis de l’État costaricien qui sera peut-être, sans doute, moyennant finances, enclin à pardonner, à oublier nos « erreurs de calendrier ». Bien involontaires les erreurs, le temps passe si vite au Costa Rica …

D’un autre côté, pour les résidents légaux que nous sommes devenus, cette mesure nous conforte dans le choix que nous avons fait de solliciter « la résidence ». Nous y avons consacré du temps, de l’argent aussi. Nous n’oublions pas pour autant les premières années avec obligation de sortir du pays tous les 3 mois. Heureusement le Nicaragua n’est qu’à 2 heures de route de Tamarindo.

Aussi, dans votre démarche d’immigration au Costa Rica, ne prenez pas cet aspect des choses à la légère. Même si dans la plupart des cas votre situation se régularisera au fil du temps, adressez-vous dès le début à des personnes sérieuses qui sauront vous aiguiller en fonction de votre situation personnelle.

Alors OUI, sachez « éviter les inconvénients » ne serait-ce que pour profiter à fond de tous les avantages que vous offre un pays tel que le Costa Rica !!!



N° 57 - Faudra-t-il un printemps français ? Un homme s'immole en Tunisie. C'est le Printemps arabe. En France, c'est le début... d'un buzz médiatique. Charles Consigny veut réveiller notre pays.
Publié le : 26/02/2013 - Source : Le Point / Charles Consigny

La semaine dernière, un homme s'est planté devant une agence Pôle emploi et a mis le feu à ses vêtements qu'il avait imbibés d'essence. Le temps pour les gens qui étaient là d'essayer de le sauver, c'était trop tard, il est mort brûlé. On n'est pas parvenu à décrocher la corde du pendu. À cet homme on avait refusé des allocations, il n'avait pas suffisamment cotisé, ou pas dans les règles, quelque chose comme ça. Les médias ont relaté les faits, les gens qui travaillent à la gestion du chômage ont invoqué leur manque de moyens, il y a eu quelques larmes de crocodile et quelques larmes sincères, et puis c'est passé. En Tunisie, c'est l'immolation d'un homme qui a déclenché la révolution, et celles de l'Égypte et de la Libye ensuite. Chez nous, rien. Chez nous, on mange n'importe quoi, on ferme les usines, on laisse les narcotrafiquants faire leur loi sur des villes entières, on déplore tous les jours mille chômeurs supplémentaires, on assiste impuissants au désastre scolaire et, de toute façon, on conseille aux jeunes de quitter le pays, à moitié en espérant qu'ils reviendront moins bêtes, à moitié parce qu'on a abdiqué et qu'on veut leur éviter les années qu'on leur fabrique.

Comme il l'avait annoncé, le président déjà sortant gouverne dans la concertation, c'est-à-dire en prenant soin de ne rien enlever aux privilèges catégoriels et individuels et en laissant divers lobbies lui dicter sa politique : il est faible avec les banques, faible avec les Allemands, faible avec l'idéologie des sociologues de gauche (pléonasme), du magazine Elle et d'Harlem Désir (triple pléonasme), faible avec les syndicats (quadruple pléonasme), faible avec les barons locaux (quintuple). Il est le roitelet d'Ile-de-France à la main de vassaux plus puissants que lui.

Place au cauchemar fiscal

Cela lui convient : comme il est mou, incompétent et inexpérimenté, François Hollande ne peut décemment faire confiance à son propre jugement. Donc il laisse faire et ménage sa bonhomie, rétablissant, par exemple, la durée de ses déjeuners à 1 h 30, là où son prédécesseur l'avait réduite à 1 heure. On ne va pas lui reprocher de profiter des merveilles qui vieillissent dans les caves du palais de l'Élysée (sauf que, du coup, il grossit et semble dégouliner par-dessus les cols pelle à tarte de ses chemises comme un soufflé qui déborde). Lui qui a vécu, depuis ses plus jeunes années, avec le confort que procurent la sécurité de l'emploi et les salaires confortables de la haute fonction publique ne sait rien de l'anxiété du patron indépendant ou de l'angoisse de la mère de famille. Dès lors, il n'a aucun scrupule à mettre tranquillement en place un cauchemar fiscal, et ne dort pas moins bien quand il sait que la spoliation généralisée qu'il installe, au-delà de l'atteinte manifeste à une bonne partie des libertés constitutionnellement garanties qu'elle implique, se solde par des faillites en série, des ambitions tuées dans l'oeuf, des maisons de famille vendues, des espoirs déçus, j'en passe. M. Hollande aime l'impôt, prononce le terme avec gourmandise et, sous le couvert d'une justice sociale, exproprie une France qu'il exècre du peu qu'il lui restait. Il lui retire ses biens, évidemment, le plus possible, mais aussi son modèle familial, son lien historique avec l'Église, le cadre de vie qu'elle aimait, l'éducation qu'elle aurait voulu que ses enfants reçoivent, une idée qu'elle se faisait de son pays, qu'elle aurait bien aimé continuer à voir grand, et non vautrée là où la gauche engraissée l'y enfonce entre deux visites d'associations subventionnées, c'est-à-dire dans la médiocrité.

On pourrait songer à faire une nouvelle révolution

Il faut que le peuple français soit bien ramolli pour ne pas se lever en masse contre ces coups, quotidiens, permanents, à sa liberté, à sa dignité, à son histoire. Il faut dire qu'on met désormais les plus lucides sous antidépresseurs : si les cinq millions de personnes ainsi maintenues au calme marchaient sur l'Assemblée nationale, je ne donne pas cher de la peau des parlementaires. L'on sait, aussi, que le RMI, inventé par M. Fragonard, auquel le gouvernement a récemment demandé de réfléchir à de nouveaux impôts (sur les allocations familiales, en l'occurrence : il faut être socialiste pour songer à fiscaliser des allocations), transformé en RSA par M. Hirsch (issu d'une famille aux trois générations de fonctionnaires), a été conçu non par souci de solidarité, mais pour éviter d'éventuels troubles à l'ordre public qu'auraient pu causer les plus révoltés. On donne à ceux qui pourraient songer à faire une nouvelle révolution juste ce qu'il faut pour les abrutir, quelques miettes pour s'acheter de la malbouffe et de la sérotonine artificielle. Voilà ce qu'il reste, grâce à l'énarchie socialiste, du peuple qui jadis dictait au monde la marche à suivre.

Par un retournement prévisible, la gauche a fait gagner le capitalisme ultralibéral. Sa détestation de l'idée nationale a détruit toute forme de patriotisme : la France ne se vit plus comme une patrie, ses citoyens ne se dessinent plus de destin collectif. Nous ne sommes plus qu'une région appauvrie et vieillissante du village mondial sur lequel règne Goldman Sachs. Ses aberrations idéologiques ont mis l'économie à terre, démotivé les entrepreneurs, effrayé les investisseurs étrangers. Nous sommes regardés comme un sublime pays mort. Sa francophobie a laissé se développer un communautarisme à l'américaine, avec un séparatisme territorial qui a installé, entre les différentes catégories de la population, un mélange de haine et de suspicion, de peur et de rejet, que les millions d'euros octroyés chaque année à SOS Racisme ne pourront juguler. Son délire progressiste a mis en pièces plusieurs siècles d'histoire, on est passé de Vaux-le-Vicomte aux barres d'immeubles, de Rameau à Sexion d'Assaut, d'Apostrophes à Canal+, de Ronsard à Christine Angot, du courage à la retraite anticipée, des bonnes manières aux injures. C'est fini, c'est trop tard. Pascale Clark a pris le pouvoir. Elle peut désormais, avec la bêtise goguenarde, méprisante et sûre d'elle qui la caractérise, triompher sur les ruines de ce qui lui a toujours échappé : l'élégance, la force, la classe, la fougue, le coffre, le souffle, une certaine conception du beau, un certain sens du charme, une certaine idée de la France. Qui se lèvera ?

Commentaire CRI :

Tableau François Hollande en Louis XVIMise à part l'inexactitude au sujet du déclencheur des troubles en Égypte en plus encore en Libye, article couillu et pertinent du jeune Charles Consigny.

Oui assurément il faut être socialiste pour seulement songer à fiscaliser les allocations familiales. Pour mémoire, « les Allocs », l'une des 3 branches (pourries) du régime obligatoire de la Sécurité Sociale - les 2 autres étant la « Maladie » et la « Retraite » - sont prélevées auprès de tous les français pour être redistribuées en fonction de la composition de la famille. C'est donc un impôt en quelque sorte qui a déjà été prélevé auprès de tous, en fonction des revenus de chacun. Il suffit pour s'en convaincre de jeter un œil à son bulletin de salaire ou à ses divers relevés de charges si on est indépendant.
Fiscaliser les allocations familiales revient donc prendre de l'impôt sur de l'impôt. Je pense qu'à l'heure actuelle il manque des mots dans la langue française pour figer dans le dictionnaire l'escalade fiscale des socialistes. En Droit pénal on a la « double peine », dans le porno qui a de commun avec nos socialistes une certaine escalade on a aussi la « double p ... » et assurément il manque un mot du même acabit pour l'impôt sur l'impôt. « Double impôt » c'est trop soft, on a l'impression d'avoir déjà donné. Même « triple » c'est encore faible au regard des plus de 200 (!) impôts et taxes français. Mais que fait donc l'Académie, sont-ils donc tous endormis (ou morts) à l'Académie française ?

Oui assurément François est faible et, sans conteste, il a un petit quelque chose qui fait penser à Louis XVI, du moins quand il avait encore la tête sur les épaules. Idem Louis XVI, les caricaturistes de l'époque l'ont représenté en poire. Or, la poire ce n'est jamais très flatteur pour un monarque ni pour un président, j'ai nommé Normal 1er. En sus de Louis XVI, au 19ème siècle, le roi Louis-Philippe fut la cible de nombreuses caricatures qui transformaient en poire son visage, faisant de lui un imbécile manipulable. Dans les années 80, le chancelier allemand Helmut Kohl fut également portraituré sous l’apparence d’une poire. Le fruit devint même son surnom, forcément péjoratif. Au moins les deux derniers cités n'ont pas perdu la tête, c'est déjà ça. Quant à Normal 1er, c'est à voir, rien n'est perdu (ni gagné) tant que la fin du match n'est pas sifflée ... même si nous ne lui souhaitons pas ce tragique destin. A l'instar de Benoît XVI, un autre seize, comme c'est bizarre, il ne finira sans doute pas son mandat. Peut-être aura-t-il lui aussi la brillante idée de démissionner en cours de partie ? Car le match est long, 5 années, un bail qui risque de vite se transformer en cauchemar au rythme où c'est mal parti. Surtout que le pire est encore à venir.

D'évidence, comme le montre l'excellent sketch de Michel Guidoni, François s'est trompé de casting. Il s'attendait sans doute à être starisé, le voici poirisé. Au moins, on reste dans la nourriture, cela ne devrait pas déplaire à François. Allez, c'est fête, qui fait péter le Nutella pour enduire notre poire nationale ?


François Hollande - Tête de poire



N° 56 - Interdiction des paiements en espèces de plus de 1.000 euros ?
Publié le : 13/02/2013 - Source : Fortune - Blog économique

Interdiction des paiements en espèces de plus de 1.000 euros ?Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dévoilé qu’il voulait voir abaisser à 1.000 euros par achat, contre 3.000 euros actuellement pour les résidents fiscaux, le plafond pour lequel un paiement en espèces est autorisé.
Il a précisé que des « consultations » allaient être « lancées », notamment sur « l’abaissement du seuil de paiement en espèces ». « Cette consultation va être engagée très rapidement afin qu’un décret et des mesures législatives soient prises d’ici la fin 2013 pour abaisser le seuil en espèces à 1.000 euros pour les résidents contre 3.000 euros par achat aujourd’hui. Ce seuil serait abaissé à 10.000 euros pour les non-résidents contre 15.000 euros par achat aujourd’hui ».
Cette
mesure entre dans le cadre d’une politique visant à lutter davantage contre la fraude fiscale. Le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, précise qu’il espère de cette mesure « un rendement supplémentaire d’environ un milliard » d’euros.
Lors d’un comité national de lutte contre la fraude, lundi 11 février 2013, le premier ministre a précisé certaines des autres mesures qui pourraient être mises en place, notamment « la création d’un fichier des souscripteurs de contrats d’assurance-vie » et un « renforcement de la coordination entre tous les services compétents » au niveau local.

Au plan européen, alors que la Commission européenne vient de proposer une nouvelle législation visant à mieux lutter contre le blanchiment de capitaux en Europe, M. Ayrault assuré que la France serait « très attentive à une adoption avant le mois de juin d’un plan de lutte contre la fraude fiscale et douanière et contre le blanchiment plus ambitieux que les dispositions actuelles ».

Les contrôles fiscaux rapportent plus à l’État

La Direction générale des finances publiques (DGFIP) a profité du comité pour rendre publics ses premiers chiffres pour 2012 : les contrôles fiscaux ont permis de récupérer 12,3 milliards d’euros. « Au total, ces opérations ont permis de rectifier 9,1 milliards d’euros de droits et d’appliquer 3,2 milliards d’euros de pénalités », soit une augmentation de 14 % par rapport à 2011, détaille Matignon.
Ces chiffres ne portent que sur les contrôles « sur place », réalisés directement dans une entreprise ou chez un particulier. « Les contrôles sur pièces », réalisés depuis les bureaux du fisc, devraient rapporter davantage en 2012.

La cellule de renseignement financier Tracfin, qui s’intéresse aussi à la fraude fiscale et même sociale depuis septembre, a rédigé « 1.201 notes de transmission », en augmentation de 13 %, dont 522 (+ 5 % par rapport à 2011) ont été transmises directement à la justice et 679 envoyées aux administrations partenaires (+ 19 %).

Commentaire CRI :

Vache pucée RFID« Interdiction », un fort joli mot qui revient de plus en plus souvent dans le doux pays des droits de l’homme. Au glorieux motif de « lutter contre la fraude fiscale ». Sûr que le fraudeur fiscal va frauder jusqu’à 1.000 € en liquide et au-delà il va frauder par chèque et virement, c’est bien connu. Sûr que dans l’économie souterraine on paiera en cash jusqu’à concurrence de 1.000 € et pour le reste on s’échangera galamment des RIB.
Motif du virement : solde casse bureau de tabac rue St-Vincent le 13 février 2013 à 14H30.

En plus de vous fliquer chaque jour un peu plus, le gouvernement actuel vous prend carrément pour des gros jambons.
Tant qu’on y est, allons jusqu’au bout, supprimons le liquide. Dotons plutôt chaque français d’une carte à puce unique en plastique, d’un « téléphone intelligent » ou bien, soyons moderne, greffons-lui une puce RFID à l’oreille. Cette puce contiendra TOUT votre avoir centralisé et à la moindre dépense, votre compte électronique sera débité d’autant.

Et pour sécuriser encore davantage le dispositif, car c’est bien connu - On a tous le droit d’avoir plus de sécurité - je propose qu’on crée dans chaque département, un « Centre d’Autorisation de Dépenses » qui, à chaque dépense envisagée donnera - ou ne donnera pas - son aval. Gageons que, comme d'habitude, on trouvera un nombre non négligeable d'idiots utiles du « Système » qui s'esbaudiront devant tant d'inventivité sécuritaire. Sans penser un instant que cela revient à se mettre volontairement la tête sur le billot. « Meuhhh non » s'écriera le décérébré « MOI (sous-entendu TOI si !) je n'ai RIEN à me reprocher ! ». En oubliant un peu vite que CE N'EST PAS LUI qui décide s'il a - ou pas - quelque chose à se reprocher. C'est pour cela d'ailleurs qu'il est décérébré ! Étêté même, un cran au dessus donc, car un jour ou l'autre la hache s'abattra sur le cou de l'innocent qui, à son plus grand étonnement, se verra refuser l'argent qu'il croyait lui appartenir. Économiquement mort, socialement décédé « à l'insu de son plein gré » par abus de confiance en « Le Système ».

Call center au MaghrebAvantage : création immédiate de 5.000 emplois par département soit environ 500.000 chômeurs de moins. Ces emplois seront financés par un « prélèvement exceptionnel » de 3 % (+ CSG, CRDS, Taxe retraite, Taxavenir ***, …) sur chaque dépense. Quasi indolore donc.
En cas de refus de la dépense par l’Autorité, au lieu de râler comme des mauvais français que vous êtes, soyez heureux et reconnaissants que l’État vous oblige à épargner au lieu d’acheter une chinoiserie de plus qui, de toute façon, finira à la poubelle (avec les autres) sous 3 jours.

500.000 emplois d’un coup, c’est quand même plus classe comme projet présidentiel que d’aller courir, ventre à terre, renifler tous les étals de France à la recherche de viande de cheval qui se serait glissée, « à l’insu de son plein gré », dans nos lasagnes.

Néanmoins si, au final, tous ces nouveaux emplois finissent par coûter trop cher, je propose, à l’instar de notre impayable 1er Ministre, qu’on les colocalise au Maghreb ou au Vietnam.

Pièce d'or Monnaie de Paris de 5.000 euros bientôt interdite ?Entre l’ancien, dit le « petit président» qui parlait aux français comme à un groupe de quadrisomiques (par respect pour les trisomiques) en goguette annuelle et celui-ci, dit le « normal », qui se prend pour un surveillant d’administration dépensière, je crois qu’on a atteint le fond !

Enfin, nous pensons cela, mais au fond de nous-même, nous savons bien que le fond est encore bien loin d’être atteint et qu’il en faudra des « interdictions » et autres vexations avant qu’il ne le soit. @ moins que …

PS : Si l’interdiction est mise en œuvre, QUID de la pièce de 5.000 euros de la Monnaie de Paris ??? Série de pièces en or, émise par l'État fin 2012, ayant cours légal, valeur faciale de 5.000 euros, je le rappelle. Alors, illégale la pièce légale ? Que fait-on maintenant, on la coupe en 5 ?

*** : la « Taxavenir » n'est pas une taxe POUR l'avenir, c'est une taxe À venir. Merci de ne pas confondre !



N° 55 - Afflux de logements de luxe sur le marché à cause du départ de riches Français.
Publié le : 07/02/2013 - Source : Boursorama

Le passeport russe de Gérad DepardieuComme l'acteur Gérard Depardieu ou l'ex-cycliste Richard Virenque, de riches Français quittent la France, provoquant un afflux sur le marché de biens immobiliers de luxe au moment où les étrangers montrent moins d'enthousiasme pour goûter les charmes de l'Hexagone.

« Nous avons actuellement en stock pour 5 milliards d'euros de biens à vendre contre seulement 3,2 milliards d'euros il y a un an », a expliqué à l'AFP Charles-Marie Jottras, le président du groupe Féau, leader français de l'immobilier de prestige depuis plusieurs décennies. Une constatation partagée par Thibault de Saint-Vincent, directeur général du groupe Barnes, autre spécialiste du haut de gamme, qui a dans son catalogue « trois fois plus de biens de plus de 2 millions d'euros qu'en janvier dernier (2012, NDLR) ». « Le départ de plusieurs centaines de familles est un mouvement de fond qui touche désormais même les propriétaires d'appartements de moins de 2 millions d'euros", confie de son côté Laurent Demeure, PDG de Coldwell Banker France, qui constate un redémarrage « très fort" du marché depuis janvier.

Des prix en baisse mais pas d'effondrement :

Cet afflux, qui va entraîner une baisse des prix du haut de gamme mais « pas un effondrement » selon M. Jottras, entraîne un déséquilibre du marché car la clientèle ouest-européenne, notamment les Italiens et Espagnols, a quasiment disparu.

« Du coup, ceux qui partent acceptent de baisser les prix affichés au départ. Certains, qui n'arrivent pas à vendre, font même poser des scellés sur les portes de leurs logements pour ne plus être considérés par le fisc comme des résidents français », explique le président de Daniel Féau.

Pour les spécialistes du secteur la raison principale de cet exil, qui touche même de jeunes créateurs de start-up, s'explique par la mesure fiscale phare du gouvernement qui prévoyait une taxe à 75 % des revenus au-dessus d'un million d'euros par an, finalement censurée par le Conseil constitutionnel.
Le fisc tue l'épargne des françaisLa porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem a indiqué mercredi que le taux, l'assiette et les nouvelles modalités de la contribution exceptionnelle sur les plus hauts revenus étaient encore en discussion et seraient déterminés d'ici à « quelques semaines ».

Côté acheteurs étrangers, « la France a l'image d'un enfer fiscal » pour M. Jottras.

M. de Saint-Vincent cite même l'exemple d'un milliardaire russe qui avait acheté 75 millions d'euros, pour en faire sa résidence principale, une propriété de 3.500 m² à Neuilly-sur-Seine, une commune très huppée à l'ouest de Paris. Ce dernier vient, après seulement 8 mois, de décider de la mettre en vente pensant sans doute qu'il n'avait « pas choisi le bon paradis fiscal ».
Mais il reste, pour le directeur de Barnes, quand même des acheteurs étrangers: des milliardaires russes, pour des pied-à-terre, des Brésiliens, des Libanais. Et pour les biens d'exception des Qataris et des Moyens-Orientaux, effrayés par les conséquences éventuelles des « printemps arabes ».
Ce sont eux qui devraient se porter acquéreurs de l'hôtel particulier de Gérard Depardieu, rue du Cherche-Midi (VIe arrondissement), mis à prix il a quelques mois 72 millions d'euros, et une des anciennes demeures d'Edith Piaf, une des chanteuses françaises les plus connues dans le monde, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), proposés par Daniel Féau.

Commentaire CRI :

Valise pleine de billetsC'est cool, on va bientôt pourvoir s'acheter un hôtel particulier à Paris pour le prix d'une piscine au Costa Rica ! Aïe, pas si vite, j'oublie un peu trop allègrement les réjouissances françaises, droits de mutation, impôt foncier, taxe d'habitation, machins et trucs obligatoires, ...
Si ça continue, ils nous les donneront, leurs belles demeures parisiennes, qu'on en voudra même plus.

Je me marre franchement en pensant aux riches qui se font la malle en posant des scellés sur leurs portes d'entrée en prévision du féroce l'appétit du FISC (écrit en majuscule, ça fait encore plus peur). Je les vois d'ici, quittant nuitamment leur domicile pour ne pas se faire repérer. Heureusement, dans les immeubles des riches, il y a de la moquette épaisse dans les escaliers et des tapis feutrés dans les entrées. Ça sert aussi à ça les tapis dans les halls d'immeubles rupins, pas à se vautrer commodément quand on rentre bourré, pardon « pris de boisson ». Ou bien à s'essuyer les pieds avant de monter comme le pensent trop souvent les pauvres. Non, cela permet de poser les valises pleines d'argenterie, d'or et de diamants qui sait, sans réveiller tout le voisinage, surtout la concierge. Car pour peu que vous ayez été un peu chiche sur les étrennes de Linda (De Suza), trop tard pour le regretter, aux moindres raclements suspects de valises sur les parquets, au moindre tintinnabulement inhabituel de vaisselle, vous êtes aussitôt bon pour la dénonce. Quand même, va falloir avertir Hermès et Burberry de mettre sous leurs valises des patins en caoutchouc à la place des roulettes. C'est plus tendance.

Autrefois c’était les pauvres qui se barraient « à la cloche de bois ». Le monde change assurément.

D’ailleurs, bientôt les riches n’oseront même plus vous narguer, l’air important, affairé, les 2 parfois, en enregistrant leurs bagages au comptoir Classe Affaires, le dernier BlackBerry scotché à l’oreille. Pendant que vous poireautez depuis 2 heures dans la queue de la Classe Éco avec belle-maman qui a déjà les pieds qui gonflent avant même d’embarquer. Pour ne pas se faire repérer avec leurs valises pleines de biffetons, ils feront la queue, comme vous, comme moi.
Ce qui m’attriste plus encore, c’est que même les petits riches (appartements < 2 M€) se carapatent tout pareil que les gros riches. Là quand même, même si on n’est pas très fin, lent d’esprit, limite benêt, on doit commencer à comprendre qu’il y a un gros blême. Car si les petits riches de rien du tout, les tout petits petits riches, les pauvres, prennent la poudre d’escampette, alors finalement QUI RESTE ?

Les trop vieux pour partir, les fonctionnaires, les chômeurs appointés, les politiques, les touristes japonais dans la Tour Eïffel, les anciens pauvres, les nouveaux pauvres, les allocataires cafiens, les sans-papiers, les étrangers, les hospitalisés (bien obligé !), les prisonniers (bien obligé !) … et … vous ! Enfin, quand je dis « vous », je veux dire vous et quelques autres quand même mais guère plus. Faites quand même attention à ne pas vous retrouver tout seul, cela arrive plus vite qu'on ne le croit. Le garagiste ? Parti ! Le plombier ? Parti ! Le docteur ? Parti aussi ! Félicie ? Aussi ! Le percepteur ? Parti ! ... euh non ... c'est pour rire, PRÉSENT !!!

Une astuce : quand votre beau-frère fera ses valises en carton, alors il sera déjà trop tard, on ne vous laissera plus sortir. Vous êtes prévenus, soyez vigilants !



[ Pages précédentes : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 ]

Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2017