Actualités par Costa Rica Immobilier / 2006 - 2018 / "LA CRISE" ... faut gérer !!!

Le but avoué de cette page est de vous présenter ce qui va bien ici, au Costa Rica et ce qui va moins bien chez vous, en France, en Belgique, en Suisse, au Québec …Dans le but premier de contribuer à la « réinformation » qu’offrent parfois les médias alternatifs du Net. Car les medias dits « traditionnels » on cessé depuis belle lurette de vous informer.
A propos de crise, nous pensons que le déclin qui a commencé en réalité en 2007 n’est pas une crise justement mais plutôt une récession. Et une récession ça dure, ça dure … depuis 25 ans au japon par exemple. Et rien ne dit que cette recession aura une fin à moins peut-être de passer par une nécessaire et vitale mutation.
Là est sans doute la clé de la nouvelle ère ...

Mais dans le moment présent, il ne s’agit pas de se lamenter mais plutôt de réagir intelligemment face à ce phénomène. Nous déplorons fortement l’inertie des politiciens, de droite comme de gauche, qui, forts des bienfaits des 30 glorieuses (1945 - 1974) n’ont pas pris la mesure des 35-40 dernières années. Car ils n’ont su que créer de la dette au lieu de développement. Nous disons développement et pas « croissance » (au sens keynésien du terme) car la croissance à tout va, chère aux politiciens de tout poil, n’est qu’un mythe destructeur puisqu’on vit sur une planète finie et qu’on n’en a pas de rechange. A moins bien entendu qu'on choisisse la croissance durable.
Alors plutôt que de croire en leurs vaines promesses, demain on rase gratis, nous préférons anticiper et prendre en main notre vie et notre avenir. Celui de nos enfants aussi. De l’information orientée peut-être mais de la vraie information.

  • 1945 - 1974 : les 30 glorieuses : période de forte croissance économique.
  • 1975 - 2004 : les 30 menteuses : croissance artificiellement entretenue grâce à la dette.
  • 2005 - 2034 : les 30 piteuses ? On en reparle dans quelques années …

D’ici là, on réagit et on anticipe … Coluche disait : "Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça". Oui, pour moi aussi, depuis toujours, "c'est comme ça" ! J'ai juste envie de me donner la chance qu'il en soit autrement ...

PS : introduction à Actualités écrite en 2011


L'Actualité du jour

Plus envie de critiquer
12 ans de Costa
ça change la vie
Merci !!!

N° 56 - Interdiction des paiements en espèces de plus de 1.000 euros ?
Publié le : 13/02/2013 - Source : Fortune - Blog économique

Interdiction des paiements en espèces de plus de 1.000 euros ?Le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dévoilé qu’il voulait voir abaisser à 1.000 euros par achat, contre 3.000 euros actuellement pour les résidents fiscaux, le plafond pour lequel un paiement en espèces est autorisé.
Il a précisé que des « consultations » allaient être « lancées », notamment sur « l’abaissement du seuil de paiement en espèces ». « Cette consultation va être engagée très rapidement afin qu’un décret et des mesures législatives soient prises d’ici la fin 2013 pour abaisser le seuil en espèces à 1.000 euros pour les résidents contre 3.000 euros par achat aujourd’hui. Ce seuil serait abaissé à 10.000 euros pour les non-résidents contre 15.000 euros par achat aujourd’hui ».
Cette
mesure entre dans le cadre d’une politique visant à lutter davantage contre la fraude fiscale. Le ministre du budget, Jérôme Cahuzac, précise qu’il espère de cette mesure « un rendement supplémentaire d’environ un milliard » d’euros.
Lors d’un comité national de lutte contre la fraude, lundi 11 février 2013, le premier ministre a précisé certaines des autres mesures qui pourraient être mises en place, notamment « la création d’un fichier des souscripteurs de contrats d’assurance-vie » et un « renforcement de la coordination entre tous les services compétents » au niveau local.

Au plan européen, alors que la Commission européenne vient de proposer une nouvelle législation visant à mieux lutter contre le blanchiment de capitaux en Europe, M. Ayrault assuré que la France serait « très attentive à une adoption avant le mois de juin d’un plan de lutte contre la fraude fiscale et douanière et contre le blanchiment plus ambitieux que les dispositions actuelles ».

Les contrôles fiscaux rapportent plus à l’État

La Direction générale des finances publiques (DGFIP) a profité du comité pour rendre publics ses premiers chiffres pour 2012 : les contrôles fiscaux ont permis de récupérer 12,3 milliards d’euros. « Au total, ces opérations ont permis de rectifier 9,1 milliards d’euros de droits et d’appliquer 3,2 milliards d’euros de pénalités », soit une augmentation de 14 % par rapport à 2011, détaille Matignon.
Ces chiffres ne portent que sur les contrôles « sur place », réalisés directement dans une entreprise ou chez un particulier. « Les contrôles sur pièces », réalisés depuis les bureaux du fisc, devraient rapporter davantage en 2012.

La cellule de renseignement financier Tracfin, qui s’intéresse aussi à la fraude fiscale et même sociale depuis septembre, a rédigé « 1.201 notes de transmission », en augmentation de 13 %, dont 522 (+ 5 % par rapport à 2011) ont été transmises directement à la justice et 679 envoyées aux administrations partenaires (+ 19 %).

Commentaire CRI :

Vache pucée RFID« Interdiction », un fort joli mot qui revient de plus en plus souvent dans le doux pays des droits de l’homme. Au glorieux motif de « lutter contre la fraude fiscale ». Sûr que le fraudeur fiscal va frauder jusqu’à 1.000 € en liquide et au-delà il va frauder par chèque et virement, c’est bien connu. Sûr que dans l’économie souterraine on paiera en cash jusqu’à concurrence de 1.000 € et pour le reste on s’échangera galamment des RIB.
Motif du virement : solde casse bureau de tabac rue St-Vincent le 13 février 2013 à 14H30.

En plus de vous fliquer chaque jour un peu plus, le gouvernement actuel vous prend carrément pour des gros jambons.
Tant qu’on y est, allons jusqu’au bout, supprimons le liquide. Dotons plutôt chaque français d’une carte à puce unique en plastique, d’un « téléphone intelligent » ou bien, soyons moderne, greffons-lui une puce RFID à l’oreille. Cette puce contiendra TOUT votre avoir centralisé et à la moindre dépense, votre compte électronique sera débité d’autant.

Et pour sécuriser encore davantage le dispositif, car c’est bien connu - On a tous le droit d’avoir plus de sécurité - je propose qu’on crée dans chaque département, un « Centre d’Autorisation de Dépenses » qui, à chaque dépense envisagée donnera - ou ne donnera pas - son aval. Gageons que, comme d'habitude, on trouvera un nombre non négligeable d'idiots utiles du « Système » qui s'esbaudiront devant tant d'inventivité sécuritaire. Sans penser un instant que cela revient à se mettre volontairement la tête sur le billot. « Meuhhh non » s'écriera le décérébré « MOI (sous-entendu TOI si !) je n'ai RIEN à me reprocher ! ». En oubliant un peu vite que CE N'EST PAS LUI qui décide s'il a - ou pas - quelque chose à se reprocher. C'est pour cela d'ailleurs qu'il est décérébré ! Étêté même, un cran au dessus donc, car un jour ou l'autre la hache s'abattra sur le cou de l'innocent qui, à son plus grand étonnement, se verra refuser l'argent qu'il croyait lui appartenir. Économiquement mort, socialement décédé « à l'insu de son plein gré » par abus de confiance en « Le Système ».

Call center au MaghrebAvantage : création immédiate de 5.000 emplois par département soit environ 500.000 chômeurs de moins. Ces emplois seront financés par un « prélèvement exceptionnel » de 3 % (+ CSG, CRDS, Taxe retraite, Taxavenir ***, …) sur chaque dépense. Quasi indolore donc.
En cas de refus de la dépense par l’Autorité, au lieu de râler comme des mauvais français que vous êtes, soyez heureux et reconnaissants que l’État vous oblige à épargner au lieu d’acheter une chinoiserie de plus qui, de toute façon, finira à la poubelle (avec les autres) sous 3 jours.

500.000 emplois d’un coup, c’est quand même plus classe comme projet présidentiel que d’aller courir, ventre à terre, renifler tous les étals de France à la recherche de viande de cheval qui se serait glissée, « à l’insu de son plein gré », dans nos lasagnes.

Néanmoins si, au final, tous ces nouveaux emplois finissent par coûter trop cher, je propose, à l’instar de notre impayable 1er Ministre, qu’on les colocalise au Maghreb ou au Vietnam.

Pièce d'or Monnaie de Paris de 5.000 euros bientôt interdite ?Entre l’ancien, dit le « petit président» qui parlait aux français comme à un groupe de quadrisomiques (par respect pour les trisomiques) en goguette annuelle et celui-ci, dit le « normal », qui se prend pour un surveillant d’administration dépensière, je crois qu’on a atteint le fond !

Enfin, nous pensons cela, mais au fond de nous-même, nous savons bien que le fond est encore bien loin d’être atteint et qu’il en faudra des « interdictions » et autres vexations avant qu’il ne le soit. @ moins que …

PS : Si l’interdiction est mise en œuvre, QUID de la pièce de 5.000 euros de la Monnaie de Paris ??? Série de pièces en or, émise par l'État fin 2012, ayant cours légal, valeur faciale de 5.000 euros, je le rappelle. Alors, illégale la pièce légale ? Que fait-on maintenant, on la coupe en 5 ?

*** : la « Taxavenir » n'est pas une taxe POUR l'avenir, c'est une taxe À venir. Merci de ne pas confondre !



N° 55 - Afflux de logements de luxe sur le marché à cause du départ de riches Français.
Publié le : 07/02/2013 - Source : Boursorama

Le passeport russe de Gérad DepardieuComme l'acteur Gérard Depardieu ou l'ex-cycliste Richard Virenque, de riches Français quittent la France, provoquant un afflux sur le marché de biens immobiliers de luxe au moment où les étrangers montrent moins d'enthousiasme pour goûter les charmes de l'Hexagone.

« Nous avons actuellement en stock pour 5 milliards d'euros de biens à vendre contre seulement 3,2 milliards d'euros il y a un an », a expliqué à l'AFP Charles-Marie Jottras, le président du groupe Féau, leader français de l'immobilier de prestige depuis plusieurs décennies. Une constatation partagée par Thibault de Saint-Vincent, directeur général du groupe Barnes, autre spécialiste du haut de gamme, qui a dans son catalogue « trois fois plus de biens de plus de 2 millions d'euros qu'en janvier dernier (2012, NDLR) ». « Le départ de plusieurs centaines de familles est un mouvement de fond qui touche désormais même les propriétaires d'appartements de moins de 2 millions d'euros", confie de son côté Laurent Demeure, PDG de Coldwell Banker France, qui constate un redémarrage « très fort" du marché depuis janvier.

Des prix en baisse mais pas d'effondrement :

Cet afflux, qui va entraîner une baisse des prix du haut de gamme mais « pas un effondrement » selon M. Jottras, entraîne un déséquilibre du marché car la clientèle ouest-européenne, notamment les Italiens et Espagnols, a quasiment disparu.

« Du coup, ceux qui partent acceptent de baisser les prix affichés au départ. Certains, qui n'arrivent pas à vendre, font même poser des scellés sur les portes de leurs logements pour ne plus être considérés par le fisc comme des résidents français », explique le président de Daniel Féau.

Pour les spécialistes du secteur la raison principale de cet exil, qui touche même de jeunes créateurs de start-up, s'explique par la mesure fiscale phare du gouvernement qui prévoyait une taxe à 75 % des revenus au-dessus d'un million d'euros par an, finalement censurée par le Conseil constitutionnel.
Le fisc tue l'épargne des françaisLa porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem a indiqué mercredi que le taux, l'assiette et les nouvelles modalités de la contribution exceptionnelle sur les plus hauts revenus étaient encore en discussion et seraient déterminés d'ici à « quelques semaines ».

Côté acheteurs étrangers, « la France a l'image d'un enfer fiscal » pour M. Jottras.

M. de Saint-Vincent cite même l'exemple d'un milliardaire russe qui avait acheté 75 millions d'euros, pour en faire sa résidence principale, une propriété de 3.500 m² à Neuilly-sur-Seine, une commune très huppée à l'ouest de Paris. Ce dernier vient, après seulement 8 mois, de décider de la mettre en vente pensant sans doute qu'il n'avait « pas choisi le bon paradis fiscal ».
Mais il reste, pour le directeur de Barnes, quand même des acheteurs étrangers: des milliardaires russes, pour des pied-à-terre, des Brésiliens, des Libanais. Et pour les biens d'exception des Qataris et des Moyens-Orientaux, effrayés par les conséquences éventuelles des « printemps arabes ».
Ce sont eux qui devraient se porter acquéreurs de l'hôtel particulier de Gérard Depardieu, rue du Cherche-Midi (VIe arrondissement), mis à prix il a quelques mois 72 millions d'euros, et une des anciennes demeures d'Edith Piaf, une des chanteuses françaises les plus connues dans le monde, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), proposés par Daniel Féau.

Commentaire CRI :

Valise pleine de billetsC'est cool, on va bientôt pourvoir s'acheter un hôtel particulier à Paris pour le prix d'une piscine au Costa Rica ! Aïe, pas si vite, j'oublie un peu trop allègrement les réjouissances françaises, droits de mutation, impôt foncier, taxe d'habitation, machins et trucs obligatoires, ...
Si ça continue, ils nous les donneront, leurs belles demeures parisiennes, qu'on en voudra même plus.

Je me marre franchement en pensant aux riches qui se font la malle en posant des scellés sur leurs portes d'entrée en prévision du féroce l'appétit du FISC (écrit en majuscule, ça fait encore plus peur). Je les vois d'ici, quittant nuitamment leur domicile pour ne pas se faire repérer. Heureusement, dans les immeubles des riches, il y a de la moquette épaisse dans les escaliers et des tapis feutrés dans les entrées. Ça sert aussi à ça les tapis dans les halls d'immeubles rupins, pas à se vautrer commodément quand on rentre bourré, pardon « pris de boisson ». Ou bien à s'essuyer les pieds avant de monter comme le pensent trop souvent les pauvres. Non, cela permet de poser les valises pleines d'argenterie, d'or et de diamants qui sait, sans réveiller tout le voisinage, surtout la concierge. Car pour peu que vous ayez été un peu chiche sur les étrennes de Linda (De Suza), trop tard pour le regretter, aux moindres raclements suspects de valises sur les parquets, au moindre tintinnabulement inhabituel de vaisselle, vous êtes aussitôt bon pour la dénonce. Quand même, va falloir avertir Hermès et Burberry de mettre sous leurs valises des patins en caoutchouc à la place des roulettes. C'est plus tendance.

Autrefois c’était les pauvres qui se barraient « à la cloche de bois ». Le monde change assurément.

D’ailleurs, bientôt les riches n’oseront même plus vous narguer, l’air important, affairé, les 2 parfois, en enregistrant leurs bagages au comptoir Classe Affaires, le dernier BlackBerry scotché à l’oreille. Pendant que vous poireautez depuis 2 heures dans la queue de la Classe Éco avec belle-maman qui a déjà les pieds qui gonflent avant même d’embarquer. Pour ne pas se faire repérer avec leurs valises pleines de biffetons, ils feront la queue, comme vous, comme moi.
Ce qui m’attriste plus encore, c’est que même les petits riches (appartements < 2 M€) se carapatent tout pareil que les gros riches. Là quand même, même si on n’est pas très fin, lent d’esprit, limite benêt, on doit commencer à comprendre qu’il y a un gros blême. Car si les petits riches de rien du tout, les tout petits petits riches, les pauvres, prennent la poudre d’escampette, alors finalement QUI RESTE ?

Les trop vieux pour partir, les fonctionnaires, les chômeurs appointés, les politiques, les touristes japonais dans la Tour Eïffel, les anciens pauvres, les nouveaux pauvres, les allocataires cafiens, les sans-papiers, les étrangers, les hospitalisés (bien obligé !), les prisonniers (bien obligé !) … et … vous ! Enfin, quand je dis « vous », je veux dire vous et quelques autres quand même mais guère plus. Faites quand même attention à ne pas vous retrouver tout seul, cela arrive plus vite qu'on ne le croit. Le garagiste ? Parti ! Le plombier ? Parti ! Le docteur ? Parti aussi ! Félicie ? Aussi ! Le percepteur ? Parti ! ... euh non ... c'est pour rire, PRÉSENT !!!

Une astuce : quand votre beau-frère fera ses valises en carton, alors il sera déjà trop tard, on ne vous laissera plus sortir. Vous êtes prévenus, soyez vigilants !



N° 54 - Pourquoi les Expats tombent-ils amoureux du Costa Rica ? Traduit de l’anglais par CRI.
Publié le : 26/01/2013 - Source : Erin Morris, InternationalLiving.com

Mon paradis au Costa RicaL'histoire qui fait que la plupart des expatriés ont fini par rester vivre au Costa Rica est semblable à la mienne : « je suis venu en vacances au Costa Rica, j'en suis tombé amoureux et j'ai décidé de rester ». Mais, tombé amoureux de quoi exactement ? Qu'y a-t-il donc au Costa Rica qui incite les gens à quitter leur pays d'origine pour tout recommencer dans un pays étranger ?

J'ai d'abord été attiré par le merveilleux climat tropical. La vie est tellement plus simple quand on vit dans un endroit chaud, mais pas trop quand même. Ici je n'ai nul besoin d'une grande armoire à vêtements, ni non plus de médicaments contre les allergies et je peux vivre simplement.

Je vis dans une maison non isolée et je contrôle les petites fluctuations de température en ouvrant ou en fermant les fenêtres. Rares sont les journées et les nuits froides qui, du coup, deviennent un sujet de conversation commun. Et cela contribue ainsi à créer des liens et un sens de la communauté lorsque tout le monde raconte comment il a passé sa froide soirée blotti sous des couvertures à regarder des films.

Une grande variété de belles plantes poussent tout au long de l'année. Des mangues et d'autres fruits poussent en abondance, de sorte qu'ils ne sont pas chers, comme aux États-Unis par exemple. Dans mon jardin, j'ai des orangers et des citronniers qui ne cessent de produire de nouveaux fruits.

En fait, la plupart des fruits et légumes ici au Costa Rica sont disponibles toute l'année. Il est donc extrêmement facile de rester en bonne santé et de manger de local en toutes saisons. Inutile de concocter des menus compliqués ni de se demander ce que l'épicerie aura en magasin car il y a de tout, toujours !

Voyager vers des destinations exotiques faciles et peu coûteuses est l'un des plus gros avantages de ce pays. Je vis actuellement dans une ville de montagne pittoresque. C'est déjà comme des vacances pour la plupart des gens, moi y compris.

Alors, quand je prends le temps de me rendre sur la côte du Pacifique ou vers la mer des Caraïbes, je suis un peu comme en vacances ... à l'intérieur de mes vacances. Je peux prendre mon chien avec moi, il est le bienvenu dans la plupart des établissements et je peux séjourner dans un bel hôtel sur la plage pour 15 à 30 $ la nuit.

Si cela semble fantastique, c'est parce que ça l'est !

Les gens que j'ai rencontrés et que je continue de rencontrer tous les jours au Costa Rica sont étonnants. La plupart des Ticos (habitants du Costa Rica), en particulier ceux des petites villes, sont chaleureux, attentionnés, respectueux. Et de même pour les expatriés, j'ai rencontré certains des plus intéressantes parmi eux.

La plupart d'entre eux sont des gens aventureux et créatifs, bardés d'histoires étonnantes, à l'imagination et aux rêves sans limite. Ce sont des gens qui en temps normal, aux États-Unis, ne se seraient pas retrouvés dans les mêmes cercles sociaux. Mais puisqu'ils ont le même statut d'expatrié en commun, ils arrivent à devenir des amis et à développer leurs remarquables réseaux internationaux.

Je suis en quelque sorte quotidiennement reconnaissant envers moi-même de mener cette vie exotique et heureuse au Costa Rica.

Commentaire CRI :

3 oranges dans mon jardin au Costa Rica2 citrons dans mon jardin au Costa RicaIl est toujours intéressant de connaître les points de vue d'autres expatriés qui vivent dans le même pays d'accueil que vous. En l'occurrence, ici, celui d'un "gringo" - je ne saurais appeler différemment la plupart des étatsuniens - qui semble avoir quelques points communs avec moi-même. Il apprécie manifestement les oranges et les citrons du jardin. Quoi de mieux en effet que de cueillir à même l'arbre 2 oranges aussitôt pressées dans la vodka du même nom ou bien un citron dont on recueillera le meilleur en le pressant dans un mélange à base de rhum et d'un horrible soda que je ne nommerai pas ?
Aussi je lance un appel solennel à tous les amateurs de Vodka Orange et de Cuba Libre : venez VIVRE HEUREUX au Costa Rica, véritable PARADIS pour les amateurs éclairés de ces 2 doux breuvages que la Providence a mis sur le chemin de « l'homme de bien ».
« L’homme de bien ne demande rien qu’à lui-même ; l’homme de peu demande tout aux autres. » disait Confucius. Ayant déjà les 2 agrumes dans mon jardin (photos prises à l'instant même où j'écris ces lignes) je me demande uniquement à moi-même de penser à acheter de la vodka et du rhum la prochaine fois que j'irai « en ville ».

Allez, « TCHIN», à la vôtre !



N° 53 - Péninsule de Nicoya, Costa Rica : un paradis pour rester en bonne santé et vivre longtemps. Traduit de l’anglais par CRI.
Publié le : 14/01/2013 - Source : The International Business Times

Maranon du Costa Rica - Noix de cajou - AnacardierA l’instar de certains lieux d’Okinawa, d’Arménie, de Sardaigne et une poignée d'autres lieux bénis, la pittoresque Péninsule de Nicoya, Costa Rica, Amérique Centrale offre à ses habitants l’une des meilleures longévités dans le monde.
Il n’est pas rare que les résidents des alentours de Nicoya atteignent l’âge de 90, 100 et même 110 ans.
Située au nord-ouest du Costa Rica, juste au sud de la frontière avec le Nicaragua, la Péninsule de Nicoya (environ 100 km de long pour 50 km de large) est une terre quasi vierge avec ses plages, ses hôtels de luxe, ses collines boisées, des ranchs et pâturages à vaches. ABC News relate que la plupart des 75.000 personnes qui vivent là travaillent comme paysans, ouvriers ou cow-boys, tout comme ils le font depuis des siècles le plus tranquillement du monde.
La péninsule, relativement isolée, est également la partie la plus sèche du pays.
Dan Buettner, un auteur qui a étudié ce qu'on appelle des « zones bleues » à travers le monde (là où on rencontre beaucoup de centenaires) a dit au National Geographic que le secret pour vivre longtemps semble être lié à un régime alimentaire à base de plantes. Ainsi que garder une activité régulière de faible intensité et rester proche de sa famille et ses amis.

« Une personne de 60 ans au Costa Rica a 4 fois plus de chance d’atteindre 90 ans que la même personne de 60 ans aux États-Unis » a-t-il confié au National Geographic.

Le gouvernement du Costa Rica dépense en proportion 15 fois moins que ce que les États-Unis dépensent pour la santé publique mais ils dépensent à bon escient. Les costariciens, en moyenne, ont le plus faible taux de mortalité dans le monde en ce qui concerne l’âge moyen et le second taux au monde en ce qui concerne les centenaires hommes et au-delà. Sur une population de 4.5 millions d'habitants en juin 2012, on dénombre 417 centenaires costariciens dont la plupart dans la Péninsule de Nicoya.

Chayote du Costa RicaSelon la publication annuelle officielle de la CIA (CIA World Factbook), l'espérance de vie moyenne au Costa Rica est d'environ 78 ans - comparable aux États-Unis et à l'Union européenne.
Buettner est d'abord allé au Costa Rica pour sauvegarder les recherches d’un démographe local, le Docteur Luis Rosero-Bixby, qui donnent à penser que les Costariciens ont une espérance de vie élevée ainsi qu’un taux de cancer très bas. Le Docteur Rosero-Bixby, de l’Université du Costa Rica, a écrit que les personnes âgées du Costa Rica développent peu de maladies cardio-vasculaires et ne sont pas touchées par l’obésité.

Alors, quel est donc leur secret ?

Les recherches ultérieures de Buettner ont montré que les eaux natives de la Péninsule de Nicoya sont exceptionnellement riches en calcium et en magnésium, qui renforcent les os et les muscles.
Les locaux ont également ont une foi profonde en Dieu, dorment 8 heures par nuit et maintiennent un régime alimentaire sain composé de riz, de maïs, de bananes plantains, de haricots et de fruits étranges riches en vitamine C comme le marañon (faux fruit de la noix de cajou), l'annona (similaire à la poire) et le chayote (cucurbitacée aussi appelée christophine, chouchou). Ils ont également pour habitude de ne pas trop manger et évitent la viande rouge.
Dans un contexte plus large, le Costa Rica représente une oasis idyllique de paix et de stabilité dans une région par ailleurs dévastée par la pauvreté et les guerres civiles. En effet, le Costa Rica bénéficie d'un système de protection sociale bien développé, ne possède aucune armée permanente (après l'avoir abolie en 1948) et un niveau de vie élevé.
Annona du Costa Rica« Depuis plus de 90 ans, les Ticos ont profité des avantages d’un gouvernement démocratique, ce qui en fait l'une des plus vieilles démocraties au monde », écrit Kat Sunlove, un retraité et blogueur américain vivant au Costa Rica. « Au cours des 2 derniers siècles, des dirigeants éclairés ont promulgué des réformes économiques et sociales qui ont permis - même si il y encore beaucoup à faire - de réaliser un programme de protection sociale, un système de soins de santé, un engagement écologique de conservation, un système éducatif et l’émergence d’une large classe moyenne de propriétaires terriens. »
« La stabilité politique du Costa Rica repose sur sa décision d'abolir son armée après les années de guerre civile autour de 1940 » a commenté Jamie Chandler, chercheur en sciences politiques au Hunter College de New York. « Il n'y a pas de menace de coups d'Etat militaires et pas de zones grises entre le rôle des généraux et des élus qui pourraient nuire à l'intérêt commun », a-t-il dit.
En outre, le Costa Rica a également connu des décennies de forte croissance économique. Ce qui a attiré un volume important d'investissements étrangers.

« Son PIB augmente environ de 2 % par année » a noté Chandler. «Les exportations ont triplé depuis les années 1980 et son industrie touristique est une véritable vache à lait."

C'est donc pour une bonne raison que le Costa Rica est souvent appelé la « Suisse de l'Amérique Centrale ».

Commentaire CRI :

Zone Bleue, Costa Rica : objectif 120 ans !Moi-même qui vis en pleine péninsule de Nicoya depuis 6 années, je peux témoigner du fait que cet endroit a quelque chose de particulier. Les gens qui vivent sainement, s’abstenant de « substances », de médicaments, buvant modérément … ont tendance à rajeunir. Réellement !
D’un autre côté, la mondialisation fait que les plus jeunes ont malheureusement tendance à suivre le mode de vie US, télévision, malbouffe, sédentarité … D’où une explosion de l’obésité, en particulier chez les jeunes costariciens. Notamment en ville, là où les tentations sont les plus fortes.
Mais dans les campagnes les gens s’activent - tranquillement il est vrai - au contact d’un environnement sain (pas d’usines, pas de rejets industriels et chimiques, peu de pollution) et paraissent en bonne santé. Personnellement j’attends chaque année la saison des marañon avec impatience. Le jus de ce fruit a sur moi l’effet d’un élixir miraculeux. Sans doute grâce à sa teneur exceptionnelle en vitamine C qui apporte un bienfait immédiat qu’aucun ersatz chimique - vitamines de synthèse par exemple - ne pourra jamais procurer.
L’eau également, que l’on tire directement de la nappe phréatique, a un goût merveilleux, un goût d’autrefois et amène une vraie sensation de satiété. Cette eau-là procure manifestement des trésors de bienfaits.
Reste ensuite, pour dépasser les 100 ans, à travailler son niveau de stress. Et quand on a vécu des dizaines d’années dans des zones plus stressantes et pratiqué des activités professionnelles en rapport, c’est un autre challenge. Mais, au fil du temps, je crois sincèrement qu’on y arrive. Allez, on est parti pour 120 ans, au moins !



N° 52 - Le Costa Rica et le Ghana parmi les destinations éthiques de 2013. Liste 2013 des 10 pays les plus éthiques.
Publié le : 09/01/2013 - Source : Droit-finances.net

Carte des 10 pays les plus éthiques - Année 2013L'association américaine à but non lucratif Ethical Traveler a identifié les destinations les plus éthiques à visiter l'année prochaine. Par ordre alphabétique, la liste 2013 d'Ethical Traveler comprend :

  • La Barbade
  • Le Cap Vert
  • Le Costa Rica*
  • Le Ghana
  • La Lettonie*
  • La Lituanie
  • L'Ile Maurice*
  • Les Palaos*
  • Les Samoa
  • L'Uruguay*

Note : les pays suivis d'une * étaient déjà présents dans la liste 2012.

L'association dont le siège se situe à Berkeley (Californie) publie une liste chaque année prenant en compte les pratiques les plus éthiques de centaines de pays en voie de développement.
Les choix d'Ethical Traveler se basent sur les pays étant à la pointe de « la promotion des droits humains, de la sauvegarde de l'environnement et du soutien à la société civile, tout en créant une industrie touristique durable basée sur la communauté. »
Cette année, l'association a aussi concocté une liste des « Destinations d'intérêt » pour l'année à venir, pour les « voyageurs larges d'esprit » qui cherchent à explorer des pays n'ayant pas encore le label « éthique » mais vivant de grands changements politiques et sociaux. Ces trois pays à suivre sont la Birmanie, Cuba et la Namibie.
L'intégralité du rapport (en anglais) sur 
EthicalTraveler.org.

Commentaire CRI :

Plus jeune, alors qu’il n’y avait pas encore Internet, souvent je me documentais sur les différents pays du monde à travers les journaux, les magazines, la télévision parfois. Quelques bonnes lectures également. Ou bien en scrutant directement la carte du monde affichée au mur et même parfois en tournant inlassablement en tous sens un affreux globe terrestre en plastique sensé faire lampe. Comme le gourmand qui salive à la seule évocation de ses plats préférés, de même je salivais en prononçant silencieusement le nom de tous ces pays que je me promettais de visiter un jour. Pari tenu pour certains d’entre eux, hélas pas la majorité …
Des dizaines d’années plus tard, il est clair que rien n’a changé. Je voudrais avoir plusieurs vies - same player shoot again - pour vivre quelques années dans chacun de ces pays. Le simple voyage est certes un passe-temps très agréable certes mais qui laisse toujours un goût d’inachevé. Seule l’immersion prolongée dans un pays et donc dans une culture différente permet de réellement vivre le pays.
Dans l’instant, globalement, je suis heureux de vivre dans pays éthique yes

Le Rio Celeste au Costa Rica

Le Rio Céleste doit son nom à une légende : lorsque Dieu termina de peindre le ciel, il nettoya ses pinceaux dans le Rio Céleste, d’où sa couleur …



[ Pages précédentes : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 ]

Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2018