Mon Costa Rica à moi ... Vivre au Costa Rica ... BLOG Costa Rica ...

Grenouille transat BLOGPersonnellement cela ne m’intéresse pas du tout de vous parler du Costa Rica.
Comme s'il n'y avait qu'un seul Costa Rica ...

Surtout, d'autres que moi font cela bien mieux.
Voyez par exemple Wikipedia, le bon vieux Routard, le Petit Futé et autres Lonely Planet.

Ce dont j’ai envie, c'est plutôt de vous parler de MON COSTA RICA à MOI.
Celui que moi-même et ma famille vivons au jour le jour, a lo largo de la manera (chemin faisant), con el tiempo (au fil du temps).
Pays parfois merveilleux, souvent quand on y pense, d'autres fois horripilant, un peu comme la vie en général. En un peu mieux ...
Je vais essayer de vous le présenter, sans prétention, façon BLOG.

Pas de stress, on écrira au fils du temps, quand nous aurons le temps ... Pura Vida ...

@ bientôt,


L'Actualité du jour

Parfois ne pas
obtenir ce qu'on désire
est un merv.
coup de chance

N° 28 - 30/11/2012 - Premier potager fortifié au Costa Rica.

L'idée de faire un potager dans notre propriété du Costa Rica n'est pas nouvelle. Ni très originale à dire vrai car certains nouveaux arrivants ont la même idée et parfois passent à l'action. Malheureusement, j'ai souvent vu lesdits potagers en état de délabrement avancé quelques mois ou années après leur création. Ce qui forcément ne donne pas franchement envie de se donner la peine de commencer.
L'envie de mieux manger étant plus forte que tout, j'ai passé pas mal de temps à chercher les causes de ces échecs répétés. Dans le Guanacaste et au Costa Rica en général, le climat peut parfois se révéler extrême, très chaud en plein été février - mars - avril, très pluvieux en « hiver » août - septembre - octobre. Le rayonnement solaire élevé ainsi que les fortes pluies endommagent les cultures un tant soit peu fragiles. Il convient donc de les protéger par le haut. Le potager aura donc un toit.
Ensuite, occupons-nous des prédateurs amateurs de potager et ils sont nombreux : les poules bien sûr, les animaux domestiques, les enfants évidemment, les employés parfois, les iguanes plus que tout et une infinité d’animaux qui, la nuit venue, sortent de la forêt proche pour venir dévorer vos plates-bandes à s'en faire éclater la panse. Je connais les noms en espagnol mais en français je ne sais pas trop à quoi cela correspond. Peu importe, pour se prémunir des gloutons de tous calibres, il convient donc de grillager le périmètre du potager. Doublement grillager : grosse maille pour éviter que les plus forts entrent malgré tout et petite maille fine pour éviter que des petits malins ne se glissent au travers du filet.

Plus, bien entendu, 1 caméra wifi à infrarouge dans chaque angle + 2 autres en extérieur, soit 6 caméras au total, 4 détecteurs volumétriques de présence, 2 extincteurs, 1 détecteur d’incendie, un module de désenfumage, une sirène d’alarme, un coupe circuit d’urgence, sans oublier surtout l’affichage obligatoire des consignes de sécurité et d’évacuation … Ah non, excusez-moi, je confonds avec les « normes européennes », gracias a Dios, ici nous sommes au Costa Rica !

Le tout néanmoins fermé par une porte qui sera cadenassée, l'expérience montre qu'on est jamais trop prudent … OUF ! Ce n’est plus un potager, c’est une vraie place forte, le Fort Knox du légume ! Mais quand on aime, on ne compte pas, n’est ce pas ?

Prochaine étape : pose des grillages, du toit et premiers semis. @ suivre

Début d'un potager - Guanacaste - Costa Rica - 1     Début d'un potager - Guanacaste - Costa Rica - 2


N° 27 - 19/11/2012 - La vie des poules.

Nos hôtes les poules sont maintenant au nombre de 6 + 1 coq, soit 7 volatiles au total. J’ai récemment racheté 2 poules supplémentaires chez un autre voisin, une voisine pour le coup, à prix sans intermédiaire cette fois-ci.
Nous récoltons 3 à 5 œufs par jour, sans forcer, l’intendance suit et cherche de nouvelles recettes. Recettes à base d'œufs je précise. Pour les recettes à base de poules, on attendra encore un peu. La vocation agricole s'acquiert avec le temps.
Le coq assure apparemment, les poules ont l’air contentes.
Mais un imprévu vient de surgir, une des pensionnaires veut à tout prix couver ! A dire vrai, je n’avais pas prévu d’être si vite grand-père. J’ai bien essayé de la déloger du pondoir, ça a fonctionné quelques fois, au début, mais désormais elle s’accroche la bougresse. Même quand je retire les œufs, le sien et ceux de ses congénères, elle couve assidument les copeaux de bois. Devant tant d’obstination, on ne peut que s’incliner.
La poule domestique est un animal têtu semble-t-il. Et ceci même en l’absence de moyens efficaces de défense et de dissuasion contre l’agresseur, moi-même et un sémillant balai aux poils bleus en l’occurrence. A part crier peut-être ... Tiens, cela me rappelle quelque chose mais je sens que nous allons nous éloigner du sujet, une autre fois ... Les poules sont têtues donc, j’en veux pour preuve que malgré 4 pondoirs pour 6 pondeuses (norme **** Luxe chez les poules), elles pondent toutes (sauf une) dans le même pondoir. Quand il est occupé, elles font parfois la file pour pondre et j’ai même vu une poule s’installer sur le dos d’une autre poule pour faire son office. Très pratique ! Si ça ce n’est pas de l’obstination …

Contraint et forcé, nous allons donc tenter notre 1ère expérience de reproduction de poules en milieu tropical.

1ère étape, rassembler suffisamment d’œufs, une douzaine environ, pour que l’opération soit valable, pour nous comme pour la poule. Encore faut-il également que lesdits œufs aient été préalablement fécondés. A priori oui d’après l’ardeur matinale du coq qui, dès le lever du soleil, fait la fierté de son maître. Ensuite les glisser sous la future mère-poule et espérer qu’elle tienne le coup pendant 21 jours environ (*), période nécessaire à l’éclosion des petits poussins. La suite, on l’espère, dans un peu plus de 3 semaines …

(*) Quand j’ai un doute existentiel sur le comportement de mes poules, je demande conseil à Luis, mon employé nicaraguayen, qui semble en connaître un rayon en matière de poules. Un comportementaliste volailler si vous voulez, une sorte de César Millan des poulettes. Enfin, pour être exact, je demandais car depuis qu’il m’a assuré que le temps nécessaire à l’éclosion d’un œuf de poule était de 45 jours, je suis un peu plus méfiant et je vérifie ses allégations sur Internet. A moins peut-être qu’au Nicaragua les poules prennent plus leur temps pour couver … possible après tout, faut que j’aille voir sur place.

Poule qui couve au Costa Rica


N° 26 - 12/11/2012 - Un peu d'autocongratulation ne peut pas faire de mal à condition de ne pas en abuser.

Ci dessous, extrait d'un courriel reçu ce lundi matin de notre lecteur Pierre-Yves :

++++++++++

Tout d'abord félicitation et bravo pour votre site. Sincèrement je me suis régalé. J'ai beaucoup apprécié la façon dont il est construit, ce mélange entre le professionnalisme de votre fonction et la dimension humaine. Ce « panaché » entre voilà nous avons tout cela, voilà ce que nous vous proposons (maisons, terrains, commerces, fincas, huile de palme, écologie, etc.) et les récits, les vécus, les histoires (la nature, l'arbre mort, les gallinacés, la désinvolture, les chicos, les photos, les animaux, bref les constats et le quotidien que vous et votre famille vivez au jour le jour, « a lo largo de la manera y con el tiempo » comme vous le dites tout cela avec souvent beaucoup d'humour et de réalisme, sincèrement on voyage ... Avec en parallèle comme en toile de fond, comme idée directrice « la conscience » de ce que nous voulons non seulement faire de nos vies, mais surtout de ce que nous voulons être !

Comme vous le dites quelque part, une expatriation réussie passe obligatoirement par la conscience de savoir ou de pouvoir analyser le besoin du client et ainsi tenter de lui apporter les bons conseils ! Respect ....... Effectivement sans conscience, peu de choses sont possibles ........

 Votre site donne vraiment envie de repartir vers d'autres horizons. Comme une « invitation au voyage ».

Voilà Stéphane, je ne sais pas si je dois pour avoir quelques précisions en retour utiliser le « Don Estefano » ou le « Dr », mais sachez que j'ai passé un agréable moment à vous lire et que le temps s'est même arrêté ............

Ah ! J'ai bien aimé aussi le clin d’œil à Kipling, son poème est dans la chambre de mes enfants .....

++++++++++

En retour, merci à vous Pierre-Yves pour vos félicitations qui me vont droit au cœur ! Je sais, de par mes clients qui débarquent ici au Costa Rica, que certains apprécient mes chroniques personnelles ou économiques. Et je soupçonne même certains d'entre eux - d’après les statistiques de fréquentation (Big Brother is watching you) - de venir sur le site juste pour lire, uniquement pour le plaisir, pire, sans la moindre intention d’acheter quoi que ce soit … sans déconner, pensez quand même de temps en temps à m’acheter une maison - même petite, même à moins d’un million de dollar - un appartement, un terrain au Costa Rica, histoire que je continue à écrire ce que j’ai envie d’écrire. D’avance merci !

Plus sérieusement, en lisant ce que m’écrit Pierre-Yves je comprends que le message passe et cela, quoi qu’il arrive par la suite, c’est la meilleure nouvelle de la semaine ! Car parfois je m’interroge, je me demande si je vais un peu trop loin - dans la seule intention de provoquer un choc que j’espère salvateur - dans la provocation. Ou bien, au contraire, pas assez loin dans la vraie information dans l’intention de ne pas choquer l’apprenti aventurier en départ pour le Costa Rica.
Maintenant je comprends que je suis compris (au moins par un lecteur) et pour moi c’est suffisant pour continuer dans cette voie. Surtout que l’actualité va être chargée, au Costa Rica comme dans le reste du monde, vous verrez …

Il me semble même que nous aurons bientôt la fin du monde, le 21 décembre 2012 je crois, je ne sais plus trop, laissez-moi consulter mon agenda. En tous les cas, rendez-vous dès le lendemain, à partir du 22 décembre 2012 et tous les autres jours à suivre.

@ bientôt donc pour des chroniques de la vie ordinaire au Costa Rica et du décryptage de l’actualité francophone à travers le monde.

Don Estefano


N° 25 - 23/10/2012 - Qui de l’œuf ou de la poule est apparu en premier ?

Notre premier oeuf de poule au Costa RicaChez nous il n’est pas très difficile de répondre à cette question existentielle puisque c’est la poule qui est apparue en premier. Facile, nous l’avons achetée dans le voisinage.
Et aujourd’hui est apparu le premier œuf !

12 jours pour recevoir cet œuf que nous attendions tous, cela semble dans la moyenne d’après ce que disent mes voisins et ce que j’ai pu glaner ça et là sur Internet. Ce matin l’une des 4 poules restait bizarrement à l’écart du groupe habituellement soudé. Tout à coup je l’ai vue tourner autour du poulailler et même tenter d’y entrer alors que la porte était fermée. On aurait dit qu’elle avait oublié ses clés à l’intérieur. C’est alors que ça a fait « TILT » dans mon esprit, j’ai compris qu’elle voulait pondre.
Il faut dire aussi que la veille j’avais été particulièrement bien inspiré de déposer 2 œufs (du supermarché) dans l’un des pondoirs maison. Le stratagème a manifestement fonctionné !

En espérant que ce soit ce premier d’une longue série …


N° 24 - 11/10/2012 - Comment je suis devenu fermier au Costa Rica à l'insu de mon plein gré.

Le coq et 2 poules - Costa RicaHier sont arrivés à la maison 5 nouveaux pensionnaires, 4 poules et un coq. Des années qu’on en parlait, du moins à chaque fois qu’on voyait la couleur des « jaunes » des œufs industriels de poules élevées en batterie … Un moment il s’agit d’arrêter de parler et de sauter le pas. Alors voilà, c’est enfin fait, la 1ère brique de notre future ferme au Costa Rica est mise en place.
Cela parait simple à priori, d’élever des poules, le concept « retour à la Nature » - tout ça tout ça - et pour un peu on se laisserait bien pousser les cheveux, la barbe et on s’achèterait aussi des « savates » qu’on traînerait à loisir sur le chemin, clin d’œil personnel.
En tous les cas, virtuellement parlant c’est tentant d’avoir des poules à la maison mais très vite des questions diverses et variées se bousculent au portillon :

- Ça mange quoi une poule, combien de grammes par jour, mais où achète-t-on ça, combien ça coûte, combien d’œufs pond chaque poule par semaine, faut-il un coq, aura-t-on des poussins … ?

C’est là qu’on se rend compte qu’avoir Bac +18 ne sert pas à grand-chose pour élever des poules. Une question notamment me hantait :

- Comment une poule peut-elle avoir une douzaine de poussins alors qu’elle ne pond qu’un œuf à la fois ? Bizarre non ?

Je les ai payées 7.000 colons pièce soit 1.500 de plus que leur prix réel d’après mon enquête de voisinage. Je soupçonne l'employé que j’avais chargé de nous trouver les poules d’avoir prélevé au passage sa commission. Étant moi-même payé à la commission, je ne lui en veux pas plus que ça.

Notre fille a aussitôt adopté une des poules. La plus jolie bien sûr. La plus moche est pour moi ou pour son frère qui ne parle pas encore et ne peut donc protester.

Elles sont pour le moment logées dans la volière de Fido, notre regretté perroquet vert qui vivait en liberté dans la propriété. Il a malheureusement disparu du fait de la négligence d’une personne chargée de veiller sur lui en notre absence du pays.

Le coq et 1 poule - Costa RicaLa volière a donc été reconvertie en une sorte d’HLM à poules avec perchoirs, bacs pour la ponte, mangeoires ou plutôt picoroirs car une poule ça picore dur.
Pas difficile non plus de trouver un gros sac de maïs et un autre de mélange pour poules pondeuses. La plupart des gens par ici ont des poules, la logistique est donc déjà en place.

Après avoir voracement englouti la nourriture que nous avions préparée pour leur arrivée, les 5 volatiles, sans même un mot de remerciement, se sont hissés sur le perchoir du haut, hors de portée et y sont restés … 2 jours sans descendre malgré nos injonctions ! Essayez donc de parler à une poule pour la convaincre… un chien ça va, un chat aussi, un cheval à la rigueur, mais une poule ?
Du coup, piteusement je l’avoue, contraint et forcé, je me suis rendu au SAV (service après vente) des poules à 300 mètres de la maison. L’ancien propriétaire des gallinacés récalcitrants a bien rigolé quand je lui ai dit que je ne savais pas comment les faire descendre de leur perchoir. Et encore, en ma présence, je comprends bien qu’il s’est retenu - on soigne sa clientèle - mais je sens bien que l’histoire va très vite faire le tour du quartier. Pas grave, dans la vie on a souvent avantage à paraître moins intelligent ou plus bête, c’est selon, qu’on ne l’est vraiment. Certains, il faut bien le reconnaître, ont moins de difficultés que d’autres à être convaincants dans le stratagème. Plusieurs fois même, je me suis demandé si tel ou tel faisait exprès d’être aussi bête, aussi c... Et bien, étonnement, la plupart du temps la réponse est NON, il vaut mieux le savoir.
Revenons à nos poules. Heureusement, le temps d’aller chercher de l’aide et de revenir avec mon sauveur, j’avais laissé la porte du HLM grande ouverte et elles en avaient profité pour prendre la poudre d’escampette. Mine de rien, elles m’ont bien eu car manifestement elles peuvent allègrement descendre de leur perchoir. J’ai sans doute été victime d’une grève sans préavis, d’un mouvement d’humeur ou bien d’un stress post-traumatique suite à leur déplacement forcé.

A l’heure où j’écris, je les vois passer en file indienne, au large de mon bureau, le coq devant. Apparemment la petite famille fait tranquillement le tour du propriétaire …

Le coq et ses 4 poules - Costa Rica - Le jour

Le coq est ses 4 poules - Costa Rica - La nuit

 


[ Pages précédentes : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ]

Costa Rica Immobilier


Costa Rica Immobilier | Copyright © 2011-2017